Le Référent Arbitre

Véritable coordonnateur de l’arbitrage au sein de son association, le référent arbitre de club aide au recrutement et à la fidélisation des officiels. À condition d’un réel investissement. Gros plan sur cette fonction.

Il est le monsieur arbitrage d’un club. À la fois formateur, recruteur, organisateur et accompagnateur, le référent arbitre est un homme multi-casquettes. Cette mission s’inscrit dans le cadre du nouveau Statut de l’arbitrage (article 44) : "Chaque club désigne un référent en arbitrage. Ce référent sera le contact privilégié pour tout ce qui a un lien avec l’arbitrage. Il sera ainsi le responsable de l’arbitrage dans le club : son organisation, son recrutement, sa valorisation, l’intégration et la fidélisation de ses arbitres."

Non obligatoire mais fortement conseillée, la présence d’un référent arbitre, prêt à prendre son rôle à cœur, va dans l’intérêt de tous les clubs : "Il est là, notamment, pour trouver des solutions concernant le recrutement des arbitres. Il permet donc à son club d’être en règle avec le Statut en évitant qu’il soit pénalisé par un manque d’officiels", indique Bernard Lavis, membre de la DTA, de la Commission des arbitres, mais aussi président des sections "Assistants" et "Recrutement, Détection et Fidélisation". Les clubs les plus innovants et imaginatifs en terme de recrutement et de fi délisation sont d’ailleurs primés, chaque année, dans le cadre des Trophées Philippe Séguin de la Fondation du Football.

Un éventail de missions

Des tâches administratives aux déplacements sur les terrains le week-end, les missions du référent sont étendues et variées. Ce dernier est chargé d’accueillir les nouveaux arbitres et de leur présenter le club et son fonctionnement. Véritable soutien, il les assiste dans le renouvellement de leur licence, s’assure de leur aptitude médicale, effectue un suivi du carnet de bord et de leur formation (stages, remise à niveau, etc.). Tout au long de la saison, il recueille et analyse l’activité de chaque arbitre du club (entraînement, conditions de déplacement, cursus de progression, expériences diverses).

Dans son rôle de recruteur, ce véritable tuteur participe à la détection de nouveaux candidats et anticipe les difficultés éventuelles afin que le club demeure en conformité avec le Statut de l’arbitrage. Côté terrains, il s’informe sur les désignations officielles et, chaque week-end, organise le transport et l’accompagnement (coaching) des jeunes arbitres avec l’aide de parents ou de dirigeants. À l’attention de ces derniers, mais aussi des joueurs et des éducateurs, ce "spécialiste" des lois du jeu encadre des formations pédagogiques, en collaboration avec ses collègues. Sur le plan pratique, le référent assiste les arbitres et les dirigeants d’équipe lors de problèmes rencontrés (aide à la saisie de la feuille de match, qualification de certains joueurs, saisie de réserves, etc.). Au sein de son club, il oeuvre, d’une manière générale, à la valorisation des arbitres.

Relais d’information

Les missions du référent ne se limitent pas à son club. Sorte de courroie de transmission avec les commissions d’arbitrage du district (Commission Départementale des Arbitres et Commission Départementale de Détection, Recrutement et Fidélisation) et de la ligue (Commission Régionale des Arbitres), il les alerte sur les difficultés éventuelles des arbitres (notamment les jeunes).

En participant aux réunions organisées par les instances dirigeantes (informations de début de saison sur les modifications des règlements et/ou des lois du jeu, réunion de secteur, etc.), ce "responsable" de l’arbitrage représente les offi ciels de son club. Il accompagne d’ailleurs ces derniers lors de convocations devant les instances disciplinaires (après leur accord). Afin de conforter le nombre de référents club et d’en "recruter" de nouveaux, “cette saison, une opération sera mise en place pour inciter les CDA et les CDDRF à organiser des réunions de secteur et des formations pour les référents”, précise Bernard Lavis. Au cours de ces rendez-vous, les animateurs proposeront des outils et des conseils pour optimiser le recrutement et la fidélisation.

Qui pour ce rôle ?

Cette fonction est ouverte aux arbitres, qu’ils soient en activité ou non, mais également aux dirigeants voire même aux éducateurs. Une seule condition : le référent arbitre de club doit être au fait de toutes les nouvelles dispositions et circulaires concernant les lois du jeu. Cette bonne connaissance réglementaire lui permet de répondre aux questions techniques des éducateurs et/ou dirigeants. Véritable correspondant de l’arbitrage au sein de son association, il doit être disponible et sérieux dans les missions qui lui incombent mais également faire preuve de discernement et de pédagogie.

Le référent est l’animateur d’une équipe où chaque arbitre se sent à l’aise et intégré. "Ce rôle est aussi passionnant que toute autre fonction, il demande néanmoins un réel investissement et un suivi constant. En effet, valoriser l’arbitrage parmi un effectif de licenciés, faire respecter l’arbitre dans sa mission, et l’homme en tant que tel, demande beaucoup de temps et nécessite un appui et une reconnaissance certaine du comité directeur du club dont il est souhaitable qu’il fasse partie", reconnaît Bernard Lavis. "Quand on a trouvé la personne ressource, ça fonctionne bien. Celle-ci doit être capable d’innover dans les solutions qu’elle propose dans le domaine de la fi délisation." Ce sont, en effet, chaque année, 4 000 à 4 500 arbitres recrutés mais autant qui décident d’arrêter.

 

Source FFF

Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 GRIGNY U.S. 3 1 1 0 0 0 7 0 0 7
2 LONGJUMEAU ES 3 1 1 0 0 0 5 0 0 5
3 LISSOIS F.C. 3 1 1 0 0 0 5 2 0 3
4 FONTENAY VICOMTE FR 3 1 1 0 0 0 3 1 0 2
5 M-N-VDB FC 3 1 1 0 0 0 3 2 0 1
6 MENNECY C.S. 1 1 0 1 0 0 2 2 0 0
7 ATHIS MONS F.C. 1 1 0 1 0 0 2 2 0 0
8 JANVILLE LARDY A.S.L 0 1 0 0 1 0 2 3 0 -1
9 BOISSY SS/ ST YON 0 1 0 0 1 0 1 3 0 -2
10 VAUHALLAN FC 0 1 0 0 1 0 2 5 0 -3
11 VERRIERES LE BUISSON 0 1 0 0 1 0 0 5 0 -5
12 DOURDAN S. 0 1 0 0 1 0 0 7 0 -7